M-CAST
Extrait d'ouvrage

En quête de sens

500 495 Adam Braham
Extrait

En quête de sens.

Notre cœur que la société réussit parfois à aliéner, possède en lui toutes les capacités pour faire face aux douleurs les plus insurmontables. Notre quête aura pour seul objectif qu’on retrouve en nos cœurs ce qui est précieux et que le société enterre. L’image de la terre qui enterre un coffre contenant un trésor, est celle de cette société qui a enterré l’amour que nous avons dans nos cœurs. Nous ne savons plus être touchés par ces regards qui appellent à l’aide. Nous sommes guidés par notre confort, nos habitudes, nos caprices . Et nous avons peur de tout perdre. Telle est notre vie, prise entre l’étau du désir et de la peur, de la crainte et de l’espoir.

Alors tu vis et tu avances dans ces quartiers et ces villes fantômes. Tu penses que ta vie sera rythmée par cette routine accablante, un tourbillon qui t’emprisonne lorsque ton cœur s’agite pour se libérer de cette aliénation. Tu décides de te prendre en main et tu te mets en route: à la recherche de la cohérence, en quête du sens, à la maîtrise de ton destin. Il faut donc chercher le sens et les signes en observant ce monde. Et c’est dans le secret d’une nuit calme et éclairée que tu lèves les yeux vers le ciel et tu contemples la lune. Tu l’observes, suspendue dans l’espace et tu sais que lorsqu’elle tourne autour de la Terre, elle exerce une influence sur elle, sur nous, sur les océans. Et tu découvres que: «la lune, par son action sur les marées, amène le plancton à la surface, la plancton attire les bancs de sardines, les sardines attirent les espadons, et l’Homme devient témoin de ce cycle magnifique qui le renvoie à l’intelligence de ses origines». Des signes, un sens, dans un univers soumis à des règles précises. L’équilibre est déjà présent à l’extérieur, et il doit faire écho à l’équilibre que nous devons trouver à l’intérieur de nous. Notre corps est un signe et le sens que nous donnons à notre vie nous conduira à notre paix intérieur: un salâm quotidien pour notre âme vers un islam qui épanouit et libère le cœur, loin de la haine, des tensions et des contradictions. Une vie rythmée par les prières, au son d’une mélodie qui apaise et qui répond toujours aux battements de ton cœur.

Khalid Mossayd, Le chant des sirènes; p 163-164 dans le recueil «Vivre l’épreuve», Le Cercle des auteurs.

À lire aussi...

Laisser une réponse