M-CAST
Extrait d'ouvrage

Une écologie de l’esprit

1280 720 Adam Braham
Extrait

Une écologie de l'esprit.

Efforcez-vous d’occuper votre esprit avec la conviction que du bon vous arrivera et veillez à “surveiller” vos pensées pour les diriger vers des choses justes, belles et sensées.

Tout, dans votre personne, reflète ces pensées.

Imaginez que votre esprit est un jardin. Vous y semez des graines. Votre subconscient est tissé des idées que vous avez semées tout au long de la journée. Ce que vous récoltez en vitalité, en santé, amis, statut social et situation financière est le fruit de vos pensées.              

Il est donc capital de leur prêter la plus grande attention. L’énergie suit les pensées et les pensées précèdent l’attitude. Cela signifie que vous êtes responsable de votre existence et que le monde qui vous entoure n’en est que le reflet. La santé est une question d’attitude intérieure et la vie exige que vous abandonniez jamais ce qu’il y a de meilleur en vous. Vos systèmes de pensée et d’expression conditionnent également votre comportement physique, vos postures, votre bien-être ou votre “mal-être”.

Les adeptes du Wu Wei disaient: “Si votre esprit n’est pas embrouillé par des choses inutiles, c’est que vous êtes dans la meilleure phase de votre existence.”

Nous vivons dans la prison psychologique que nous nous sommes construite et nous sommes enchaînés par nos croyances, opinions, formations, et par les influences de l’environnement. Si notre esprit est congestionné nous ne pouvons pas fonctionner normalement.

Trop de choses nous emportent, nous égarent, nous empêchent de nous concentrer.

Plus nous prenons de l’âge, plus notre esprit s’encombre, comme un vieux grenier plein de choses inutiles et oubliées. Nous n’en sommes peut-être pas conscients, mais nous pensons sans arrêt. Comment passons-nous notre temps? Quelles sont nos ambitions? Est-ce que les choses pour lesquelles nous nous battons en valent la peine?

Mettre de l’ordre dans son esprit signifie, comme pour le rangement des choses matérielles, éliminer tout ce qui ne contribue plus à certains besoins afin de faire de la place à ce qui est important. Chaque pensée laisse des traces dans le cerveau et renforce ou affaiblit le système immunitaire.

De même que l’absence d’objets facilite la vie, la soustraction des pensées fait place à du nouveau. Si vous vous entraînez avec régularité à supprimer ou chasser certaines idées de votre esprit, les actes qu’elles entraînent seront aussi supprimés.

Dominique Loreau, “L’art de la simplicité”.

Extrait

Une écologie de l'esprit.

Laisser une réponse